J’ai testé pour vous: Mirror’s Edge sur PS3

Grâce à l’ami Pof MagicFingers qui m’a prêté son exemplaire (on a fait un échange de prisonnier avec mon Bioshock ;) ), j’ai pu enfin faire Mirror’s Egde que, j’avoue, je rechignais à m’acheter,  même en occasion, vu que tous les sites définissaient la durée de jeu comme trop courte. Mais là, j’ai sauté sur l’ocassion et je ne suis pas déçu.

Déjà, pour ceux qui ne connaissent pas du tout Mirror’s Egde, voici le pitch tel qu’il nous est livré par Jeuxvidéo.com:

Mirror’s Edge sur PS3 est un jeu de plates-formes à la première personne. Dans un futur proche, vous incarnez Faith, une messagère et enquêtez sur la disparition de sa soeur. Grâce à un sens de l’orientation hors du commun, l’héroïne se déplace tel un félin et utilise de nombreux éléments du décors pour se mouvoir dans l’espace, aussi bien sur des toits de gratte-ciels qu’en intérieurs.

En gros et pour faire simple (donc grosse caricature hein… pas taper ): c’est un jeu de yamakasi.

Le décors étant posé, je peux maintenant vous livrer mes impressions sur le jeu après l’avoir fini.

Au niveau su scénario:: Ce n’est pas le scénario du siècle mais une histoire d’aide/vengeance que notre héroïne devra accomplir. Je n’en dévoilerai pas plus pour ne pas gâcher le peu de surprise à ceux qui ne l’auraient pas encore fait et qui voudraient le faire.

Les graphismes: Ce n’est clairement pas le plus beau jeu de la PS3, surtout lors des cinématiques, et l’on pense plus à de la Wii qu’à de la vraie next-gen. C’est assez anguleux mais je pense clairement que c’est un parti-pris de la part des des créateurs. Et ça n’enlève pas grand chose au plaisir de jeux à part, encore une fois, peut-être lors des cinématique qui ne sont pas si agréables que ça à suivre.

Le gameplay: C’est là toute la force et la « beauté » de Mirror’s Edge. En effet, la principale innovation est de nous proposer cette aventure en vue à la première personne. Donc on est Faith, et on a vraiment l’impression de courir comme elle. l’immersion est donc bien plus grande que si on contrôlait un personne en vue de à la 3e personne.
Ensuite, même si la prise en main est un peu délicate (les commandes ne sont pas toujours où j’aurais voulu qu’elles soient) et demande un peu d’entraînement (merci le tutoriel), les mouvements sont fluides et l’on se prend vite à vouloir passer les obstacle et les enchaînement le plus rapidement et avec le plus de classe possible. La rapidité étant de doute généralement obligatoire car l’on est souvent poursuivie pas une meute de policiers armés.
Mais heureusement nous somme aidé par notre « sens urbain » qui nous permet de voir en rouge les objets avec lesquels on peut interagir (tremplins, tyroliennes, rampes,…etc) ainsi que par le bouton () qui nous montre dans quelle direction aller.

La difficulté viens également compenser la faiblesse de la durée de vie. Certains passages sont vraiment ardus et le challenge est encore accru si l’on décide de ne pas tuer les gardes (personnellement j’ai craqué dans la soute du bateau car je n’arrivais vraiment pas à passer sans avoir recours à la violence). A noter au passage, que les mouvements avec lesquels on désarme nos adversaires sont plutôt classes, ce qui donne envie d’y recourir plutôt que de tirer avec une arme.

Pour toutes, les bonnes raisons évoquées, Mirror’s Egde est un jeu atypique mais terriblement addictif. Une expérience à tenter et je parie que vous ne serez pas déçus.

Sur ce, moi je retourne débloquer des trophées en récupérant tous les sacs cachés ;) .

En bonus: une petite vidéo.

(crédits photos et vidéos: www.jeuxvidéo.com)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge